Revues

Revue « La Terre promise » : attirer les cultures d’une terre sauvage

Le drame danois « The Promised Land » reprend son thème démodé avec un sérieux agréable. Se déroulant au milieu du XVIIIe siècle, c’est une histoire classique de nantis et de démunis, remplie de cartilage et de courage, d’horizons illimités, de scènes de souffrance, de revers de fortune et de reconnaissance cathartique. Il y a du balayage, de la romance, de la violence et du spectacle, mais ce qui fait qu’il fonctionne finalement aussi bien, c’est qu’il évite en grande partie les clichés ennoblissants qui transforment les personnages en idéaux et les films en exercices de nostalgie fallacieuse – enfin, ça et Mads Mikkelsen.

Mikkelsen incarne le capitaine Ludvig Kahlen, un ancien combattant portant à peine plus qu’un uniforme effiloché et une médaille bien polie sur la poitrine, qui entreprend de cultiver la bruyère dans le Jutland, la péninsule qui constitue la majeure partie du Danemark. Là, sur une vaste étendue arbustive considérée comme indomptable mais appréciée du monarque danois, Kahlen espère travailler la terre et établir une colonie pour le roi, le pays et lui-même. Au fil du temps, à mesure que les saisons changent et que les visiteurs vont et viennent, c’est exactement ce qu’il fait, construisant un nouveau monde et cultivant la terre dans un processus laborieux et captivant que le réalisateur Nikolaj Arcel retrace avec aisance et un drame captivant.

Écrit par Arcel et Anders Thomas Jensen, l’histoire bien rythmée emmène Kahlen de l’hospice au palais royal quelques minutes après l’ouverture, établissant ainsi la portée de son ambition. (Le film est basé sur le roman « Le Capitaine et Ann Barbara » de l’écrivain danois Ida Jessen.) Là, il demande aux conseillers du roi l’autorisation de construire sur la lande, une collection de pourris impériaux en perruques et en culottes de satin qui acceptent à sa demande seulement après s’être engagé à payer l’effort avec sa pension militaire. En échange, Kahlen veut un titre, un manoir et des serviteurs ; en fait, il veut devenir l’un d’entre eux.

Mikkelsen est excellent et inexorablement regardable. Il l’est presque toujours, qu’il insuffle la vie à un méchant hollywoodien en carton (« Indiana Jones et le cadran du destin ») ou qu’il passe un moment palpitant à jouer un héros déchaîné (comme dans le jeu d’action divertissant « Riders of Justice », écrit et réalisé par Jensen). La beauté austère de Mikkelsen est un élément crucial de son attrait, tout comme le sentiment de menace et d’intrigue qu’apporte une certaine beauté. Mikkelsen sait comment compliquer son apparence et il est particulièrement habile à amplifier sa menace en retenant une émotion lisible, une technique qui transforme son visage en un masque que vous attendez anxieusement qu’il laisse tomber.

Kahlen atteint bientôt le Jutland seul à cheval, et l’histoire commence à prendre son envol, tout comme la caméra. Avec des vues aériennes illimitées qui établissent un sentiment d’appartenance à la fois géographique et émotionnel, Arcel transmet à la fois l’immensité (et la dure grandeur) du pays et souligne l’effort titanesque de l’entreprise de Kahlen (et sa solitude). Sous le soleil comme sous la pluie, il creuse à plusieurs reprises le sol avec une tarière à main pour évaluer la qualité du sol, sentir, sentir et presque goûter la terre. À chaque tour de vis, il souligne constamment sa volonté. Au moment où il trouve ce dont il a besoin, c’est comme si la bruyère s’était finalement rendue à lui.

Il y a encore beaucoup d’obstacles à venir, principalement de la part d’autres personnes, et un peu de grêle. Arcel remplit l’histoire assez rapidement après que Kahlen ait choisi un emplacement et avec l’aide de certains habitants, dont un prêtre, Anton (Gustav Lindh), qui aident à recruter des travailleurs. Une prétendue folie devient réalité. Kahlen construit une maison, brûle la bruyère pour préparer le terrain, repousse les hors-la-loi qui rampent dans le noir et forme une famille de facto avec une chienne errante, Anmai Mus (Melina Hagberg), et une servante en fuite, Ann Barbara (une Amanda piquante). Collin). Il fait également un ennemi rapide et dangereux du royal voisin, De Schinkel (Simon Bennebjerg), un noble dépravé avec une cousine mélancolique, Edel (Kristine Kujath Thorp).

Avec Mikkelsen comme point d’ancrage de l’histoire, “The Promised Land” se construit de manière constante et gracieuse, vous attirant avec le drame et un engagement bienvenu à l’ancienne envers des personnages arrondis, une clarté morale et une narration émotionnellement satisfaisante. Arcel surcharge parfois le film et certains personnages fonctionnent moins bien que d’autres, notamment Anmai Mus, un petit charmeur au sourire éclatant qui existe principalement pour adoucir les bords de Kahlen. Et s’il est compréhensible qu’Edel et Ann Barbara gravitent toutes deux vers Kahlen, les romances en duel poussent le film vers la prévisibilité, ce que Mikkelsen – avec son charisme lent et sa performance magnifiquement reconvertie – ne fait jamais.

La terre promise
Classé R pour violence sanglante. En danois et allemand, avec sous-titres. Durée : 2 heures 7 minutes. Dans les théâtres.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/02/01/movies/the-promised-land-review-mads-mikkelsen.html?rand=21388

Sundance 2024 : Une histoire courageuse #MeToo – Les « journaux de la boîte noire » de Shiori Ito
Récapitulatif du festival : discussion sur le podcast Sundance 2024 avec Aaron Neuwirth
Tags: attirer, cultures, Dune, Les, promise, revue, sauvage, terre
Our Sponsors
161 queries in 1.094/1.094 sec, 14.53MB
Яндекс.Метрика