Revues

Revue ‘The Old Oak’ : L’audace de l’espoir

« The Old Oak » doit son nom au pub où se déroule une grande partie de l’action : un ancien bar situé dans un village à l’extérieur de Durham, en Angleterre, qui a connu des jours meilleurs. Son arrière-boutique, autrefois lieu de rassemblement des mineurs et de leurs familles qui peuplaient la ville il y a une génération, est restée fermée à clé pendant de nombreuses années et est tombée en désuétude. Ses murs sont encore ornés de photographies de ces mineurs prises au cours de la longue période grève de 1984-1985, un effort syndical qui s’est terminé sans la résolution recherchée par les mineurs et avec des syndicats affaiblis. Mais pendant l’action, le village a marché en solidarité – au moins pendant un certain temps – et s’est réuni pour partager des repas dans cette arrière-boutique, pour se soutenir mutuellement, une fierté pour les hommes qui étaient alors des enfants.

Lorsque le film commence, nous sommes en 2016, l’année du vote sur le Brexit. Il est difficile d’imaginer ce genre d’unité se produire encore. Le village s’est lentement vidé, fermant des lieux comme la salle paroissiale, qui était autrefois un lieu de rassemblement. Les biens immobiliers du village sont achetés aux enchères par des entités étrangères, ce qui fait baisser la valeur des maisons appartenant aux habitants, les laissant sans rien pour vivre pendant leurs vieux jours. Les emplois sont rares. L’argent est serré. Les enfants ont à peine assez à manger. Ainsi, au Old Oak, une poignée d’habitués sont assis et déplorent amèrement l’état des choses.

Ils ont récemment trouvé une cible pour leur rage : quelques familles de réfugiés syriens installées dans le village, aidées par une assistante caritative locale nommée Laura (Claire Rodgerson) et Tommy Joe Ballantyne (Dave Turner), qui s’appelle TJ. et possède le Old Oak. C’est lui qui doit écouter les habitués râler et proférer des épithètes racistes à l’encontre des réfugiés, en précisant toujours qu’ils ne sont « pas racistes ». Il ne dit rien. Il ne pense pas pouvoir le faire. Il a besoin de leurs affaires pour survivre. Il sait que leur vie privée n’est pas non plus une partie de plaisir. Et si le pub n’est pas là, ils rentreront chez eux et se retrouveront de toute façon sur Internet.

Mais TJ est seul et se soucie des nouveaux arrivants, même s’il a d’abord peur de s’impliquer trop dans leur vie. Il noue une amitié improbable avec Yara (Ebla Mari), une jeune Syrienne qui parle anglais, après avoir appris après deux ans de bénévolat auprès d’infirmières alors qu’elle vivait dans les camps de réfugiés. Yara est arrivée en ville avec sa mère et plusieurs frères et sœurs plus jeunes. Ils ne savent pas où se trouve leur père car il leur a été enlevé par le régime de Bachar al-Assad. Sa vie a été pire, à tous points de vue, que celle des hommes dans le pub – mais il semble presque obscène de faire la comparaison.

Vous sauriez que « The Old Oak » a été réalisé par Ken Loach (d’après un scénario de son collaborateur de longue date Paul Laverty) même si son nom ne figurait pas au générique. Ses derniers travaux sont indubitables, motivés par une clarté morale farouche et une indignation de la part du peuple que le capitalisme et le gouvernement britannique, censément construit pour le bénéfice des citoyens, ont laissé derrière eux. Son précédent film “Désolé, tu nous as manqué” par exemple, est un film aveuglément furieux (et exaspérant) sur un père qui accepte un emploi de chauffeur-livreur pour joindre les deux bouts, pour découvrir que tout dans ce travail est conçu pour faire prospérer le propriétaire mais ruiner sa vie et sa famille.

Le style de Loach reste franc, voire direct, avec quelques fioritures cinématographiques (même s’il reste beau, tourné par le grand Robbie Ryan) et avec un casting secondaire composé en grande partie d’acteurs non professionnels. Cela peut donner l’impression que ses films sont des gourdins, mais dans « The Old Oak », cela fonctionne à merveille ; par moments, je me suis surpris à penser que je regardais un documentaire. Le film n’est pas basé sur une seule histoire vraie, mais sur plusieurs, y compris celles partagées par les réfugiés syriens installés dans les villes les plus pauvres du nord de l’Angleterre. Loach fait un choix conscient de résister à la construction de plans qui pourraient nous inciter à considérer les personnages comme des démons ou des anges, un fait qui suggère que même si ces personnes conservent une liberté morale individuelle, celle-ci est limitée et contrainte. Ils sont acteurs d’une production dont ils n’ont pas la possibilité d’écrire le scénario, ce qui n’absout pas le racisme et l’inhospitalité mais apporte une certaine clarté sur l’origine de ce phénomène.

À mi-chemin de « The Old Oak », TJ et Yara ont élaboré un plan pour établir des liens entre les Syriens et les villageois. (Ne vous inquiétez pas : ce n’est pas une fin hollywoodienne facile.) « Il s’agit de solidarité, pas de charité », explique TJ, et je réfléchis à cette phrase depuis des jours. Il résume parfaitement ce que « The Old Oak » comprend et ce que tant de films similaires manquent. La charité crée un différentiel de pouvoir inhérent : ceux qui ont donnent à ceux qui n’ont pas. C’est un élément nécessaire à la création d’une société qui fonctionne.

Mais une force bien plus forte et plus durable est la solidarité, une unité fondée sur des intérêts et des objectifs communs. Dans « The Old Oak », un peu de charité est possible : des ressources apportées par les églises et les syndicats qui ont de l’argent et des biens à revendre. Mais pour les villageois, les ressources sont déjà rares. Mais le souvenir de la solidarité coule dans leurs veines, même s’il s’est perdu dans la décadence de leur ville natale. Le reconquérir changera leur façon de vivre ensemble.

Est-ce que cela résoudra leurs problèmes ? Non, ce ne sera pas le cas, et Loach et Laverty le savent. Au lieu d’une pensée magique et d’une fin heureuse, « The Old Oak » propose quelque chose de plus dur : une méditation sur l’espoir. «J’ai un ami qui qualifie l’espoir d’obscène», dit Yara à TJ. « Peut-être qu’elle a raison. Mais si j’arrête d’espérer, mon cœur cessera de battre.

La façon d’espérer de Yara consiste à regarder à travers l’objectif de son appareil photo, un outil qui, avant les camps, était sa façon de voir le monde différemment. Et tous les habitants de la ville, capturés par la caméra de Yara, se voient soudainement différemment : non pas comme ceux qu’ils projettent sur les réseaux sociaux ou lors de séances de reproche, mais comme des porteurs de dignité.

Loach, qui a 87 ans, a dit “The Old Oak” pourrait être son dernier film. Il n’est donc pas difficile de voir ce qu’il voit chez Yara. Sa discussion sur l’espoir, sur l’appareil photo comme outil permettant de repérer la force chez ceux qui sont habituellement ignorés ou objectifiés, sonne comme s’il s’agissait d’une thèse sur sa propre vie et son œuvre. L’espoir peut paraître obscène. Mais quand cela prend fin, la vie du monde prend fin aussi.

Le vieux chêne
Non classé. Durée : 1 heure 53 minutes. Dans les théâtres.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/04/04/movies/the-old-oak-review.html?rand=21388

Critique de « Música » : le premier long métrage de Rudy Mancuso
Critique de “La Bête”: Maître des Marionnettes
Tags: Laudace, lespoir, Oak, revue
Our Sponsors
164 queries in 1.445/1.445 sec, 14.51MB
Яндекс.Метрика