Revues

Sundance 2020 : L’histoire vraie d’espionnage « Ironbark » est un thriller émouvant

Sundance 2020 : L’histoire vraie d’espionnage « Ironbark » est un thriller émouvant

par Alex Billington
25 janvier 2020

Examen de l'écorce de fer

Parfois, une amitié peut changer le monde. Écorce de fer est un film qui n’a pas vraiment sa place dans le Festival du film de Sundance, mais cela n’a pas vraiment d’importance. Ce n’est pas l’œuvre cinématographique indépendante, décalée et contemporaine typique que l’on s’attendrait à voir à Park City en janvier. Mais ça reste un sacrément bon film. Peut-être même mieux que la plupart des autres films projetés à Sundance qui ne sont pas aussi tendus, intrigants et émouvants que celui-ci. Écorce de fer est basé sur une histoire vraie, un thriller d’espionnage des années 60 dans la même veine que Pont des espions sur la façon dont une improbable amitié internationale entre deux personnes a sauvé le monde. C’est un film fantastique, meilleur que ce à quoi je m’attendais étant donné qu’il s’agit de deux espions, et il m’a vraiment ému – j’étais presque en larmes à la fin.

Benedict Cumberbatch incarne un humble homme d’affaires britannique nommé Greville Wynne, qui est recruté pour travailler comme agent « amateur » pour le MI6 et la CIA. Au début de la guerre froide, le Royaume-Uni et les États-Unis avaient désespérément besoin d’informations et de fuites secrètes en provenance de l’Union soviétique. Mais il était trop dangereux d’utiliser quelqu’un de l’une ou l’autre agence. Alors ils ont trouvé ce type, un vendeur qui voyageait déjà en Europe de l’Est. Il se rend en URSS pour poursuivre son travail de vente et se lie d’amitié avec un « lanceur d’alerte » russe nommé Oleg Penkovski (joué par le talentueux acteur géorgien Merab Ninidzé) qui voit à quel point Khrouchtchev est effrayant et déséquilibré et veut aider à sauver le monde en faisant éclater la vérité. Les deux hommes se lient d’amitié et font sortir clandestinement plus de documents que n’importe quel autre espion à cette époque. Et ce n’est même pas la moitié de l’histoire.

Il y a un équilibre délicat entre humour et sérieux qui, comme tant de grands films, contribue à faire passer ce film de fascinant à exceptionnel. Le film s’appuie également sur deux meilleures performances en carrière de Cumberbatch et Ninidze. Ce sont ces deux-là, leur amitié et leur camaraderie qui m’ont ému jusqu’aux larmes, prouvant à quel point l’intégrité peut être précieuse. Ils devaient garder leur travail d’espionnage secret pour tout le monde, y compris pour leurs familles, et même si cela représentait un défi de taille, cela a finalement fait une différence. Et ils sont toujours restés fidèles, leur amour l’un pour l’autre et pour leur famille les gardant motivés même lorsque tout était au pire. Tous deux offrent des performances phénoménales et sincères qui donnent au film son noyau émotionnel. Ils sont soutenus par de solides apparitions de soutien de Rachel Brosnahan en tant que gestionnaire de la CIA, et Jessie Buckley comme l’épouse de Greville.

L’un des aspects les plus forts de ce film est la décision judicieuse d’inclure un grand nombre de scènes en langue russe dirigées par des acteurs russes talentueux. Cela permet aux téléspectateurs d’avoir une idée complète de l’histoire et de sa portée, d’en comprendre les deux côtés, au lieu de la limiter à seulement la moitié de l’expérience. Greville passe beaucoup de temps en Russie (même si le film a été tourné principalement à Prague), et nous avons également un aperçu complet de l’histoire d’Oleg alors qu’il se faufile dans les bases de données gouvernementales en prenant des photos avec une petite caméra espion. Son espoir, sa motivation, c’est qu’en révélant la vérité et en établissant une relation avec cet homme, il pourrait être capable d’avoir un impact et de sauver le monde. Il veut arrêter Khrouchtchev avant que des missiles ne soient lancés, et trahir son pays est le seul moyen d’y parvenir. Parfois, un héros doit prendre des décisions qui trahissent tout son entourage.

C’est extrêmement satisfaisant de regarder un film aussi divertissant et engageant que celui-ci. J’adore la partition de Abel Korzeniowski, maussade mais émouvant. J’adore les performances de tout le monde, y compris Rachel Brosnahan. Directeur Dominique Cooke m’a vraiment impressionné, tant d’aspects sont traités avec soin et intelligence. C’est une bonne sensation de sortir d’un film aussi ému. C’est un rappel que deux personnes peuvent changer le monde, que deux amis peuvent faire la différence. Et que la façon dont nous pouvons abattre les murs, vaincre le mal et rendre le monde meilleur est d’apprendre à comprendre et à respecter les autres cultures, les autres peuples, les autres pays, et à reconnaître chaque personne comme humaine. Les politiciens peuvent nous donner l’impression que nous devrions détester ces gens, mais en réalité, ils sont tous comme nous. Eux aussi veulent vivre une vie paisible. Écorce de fer est un film qui suscite un désir de compassion et une obligation de lutter pour la paix, et pas seulement de lutter pour nous-mêmes.

Note d’Alex’s Sundance 2020 : 8,5 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing / Ou Boîte aux lettres – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Revoir, Danse du Soleil 20

1

DAVIDPD le 29 janvier 2020

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2020/sundance-2020-espionage-true-story-ironbark-is-a-moving-thriller/?rand=21919

Sundance 2020 : Bad Hair, le film d’horreur sur les cheveux hantés de Justin Simien
Sundance 2020 : « Nine Days » d’Edson Oda est un cinéma palpitant
Tags: despionnage, émouvant, Ironbark, lhistoire, Sundance, thriller, vraie, Есть
Our Sponsors
159 queries in 1,486/1,486 sec, 21.13MB
Яндекс.Метрика