Revues

Sundance 2020 : « Nine Days » d’Edson Oda est un cinéma palpitant

Sundance 2020 : « Nine Days » d’Edson Oda est un cinéma palpitant

par Alex Billington
28 janvier 2020

Examen de neuf jours

Ça y est. C’est le film que j’attendais. Il s’agit du chef-d’œuvre unique en son genre du Festival du film de Sundance 2020. Neuf jours est une œuvre d’art magnifiquement émouvante et originale. Un film extraordinaire qui nous met au défi de réexaminer nos vies et de redécouvrir tous les petits moments qui comptent. C’est un cinéma palpitant, émouvant et vivifiant. C’est un concept très ambitieux, original et magnifiquement réalisé par le scénariste/réalisateur. Edson Oda et toute son équipe à l’écran et hors écran. Neuf jours fait partie de ces rares films qui, pour moi, sont parfaits. Il n’y a pas un seul cadre que je changerais, altérerais ou supprimerais. je n’ai pas besoin de plus ou moins. Chaque seconde de ce film est parfait. Chaque tir est important, chaque regard est vital. C’est un film qui m’a laissé revigoré et exalté, prêt à sortir et à affronter le monde, prêt à vivre ma vie avec encore plus de confiance que jamais.

Neuf jours emprunte des idées à la Bible pour examiner la vie elle-même ; et qu’est-ce qui fait vie l’aventure glorieuse et à couper le souffle qu’elle est. Le titre fait référence aux neuf jours qu’il faut pour interviewer d’autres « âmes » afin de recevoir le cadeau « d’être en vie ». Au début, on nous présente un homme nommé Will, joué par Winston Duc, un individu calme et reclus vivant dans une petite maison dans le vide d’un paysage désertique (le film a en fait été filmé aux Bonneville Salt Flats dans l’Utah). Utilisant des tas de technologies old school et low-fi comme des téléviseurs CRT et des cassettes VHS, il passe ses journées à surveiller tranquillement une poignée de personnes. Il est leur gardien d’âme. Incapable de les affecter, il veille sur eux avec l’espoir qu’ils mènent une vie riche et épanouissante. Bientôt, il est chargé de trouver une nouvelle âme à naître et commence à interviewer des candidats potentiels, en leur posant des questions philosophiques provocatrices.

Chacun de ces candidats possède des qualités, des aspects et des traits de personnalité distincts. Ce ne sont pas des clichés, mais ils représentent le large éventail de personnes différentes sur cette planète. L’un est un bel artiste, mais constamment triste et désolé. Will est également une personne tout à fait unique. Il n’exprime pas beaucoup d’émotion, il semble plus cynique qu’optimiste et semble avoir son propre traumatisme caché. Il n’est pas non plus « le patron », comme il l’explique lorsqu’on lui pose la question, il est plutôt un rouage dans la roue. L’ambiguïté des personnages, du décor et du concept lui-même est divinement vague : on comprend ce qui se passe et ce qui se passe, mais sans que tout soit expliqué. Plus que tout, c’est une visualisation incroyablement cinématographique du « purgatoire » entre la vie et la mort, minimaliste et légèrement vintage, mais naturellement représentative de toute l’expérience humaine.

Ce qui m’a le plus ému en regardant ce film, c’est à quel point il est profondément gratifiant et suscite la réflexion, un film qui aborde honnêtement de nombreuses luttes de la vie. Combiné avec une sublime partition à cordes de Antonio Pinto, ce film s’envole. Il s’agit essentiellement de reconnaître tous les petits moments et de construire une bonne vie, quelles que soient les difficultés. J’adore ce genre d’histoires qui affirment la vie, et celle-ci touche toutes les bonnes notes. Il y a des touches de Charlie Kaufman là-dedans, et un peu de Michel Gondry, des comparaisons dignes à bien des égards, mais cela ne veut pas dire que ce film n’est pas magnifiquement unique en son genre à tous égards. C’est une combinaison de toutes les idées travaillant en harmonie – de la conception de la production à la cinématographie, en passant par la conception sonore immersive, les performances passionnées et l’histoire émouvante qui enveloppe le tout. Le cinéma artistique et philosophique à son meilleur.

je amour ce film – sans hésitation. Winston Duc est-ce que le niveau de Dieu est phénoménal là-dedans. Il m’a coupé le souffle. Directeur Edson Oda s’est immédiatement imposé comme un cinéaste intellectuellement ambitieux, visuellement magistral et émotionnellement mature. Le film m’a fait pleurer à plusieurs reprises, ce qui témoigne de la puissance de la narration et de la réalisation du film. Et un témoignage de la capacité d’Oda à comprendre l’expérience humaine et à connecter chaque spectateur en reconnaissant que nous avons tous des sentiments, des luttes et des moments de bonheur et de tristesse similaires. Une scène avec un vélo, en particulier, est l’un des meilleurs exemples de la capacité d’Oda à capturer l’expérience de la vie elle-même. C’est tellement beau et la façon dont c’est mis en scène, la façon dont la scène se déroule, est unique et parfaite. La vie est en effet une question de des moments qui comptentquels qu’ils soient.

Note d’Alex’s Sundance 2020 : 10 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing / Ou Boîte aux lettres – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Revoir, Danse du Soleil 20

2

DAVIDPD le 29 janvier 2020

3

l’espritbo le 29 janvier 2020

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2020/sundance-2020-edson-odas-nine-days-is-heart-pounding-cinema/?rand=21919

Sundance 2020 : L’histoire vraie d’espionnage « Ironbark » est un thriller émouvant
Sundance 2020 : Le film tueur en streaming sur Internet « Spree » est une aventure intense
Tags: Cinema, Days, dEdson, Oda, palpitant, Sundance, Есть
Our Sponsors
159 queries in 1,504/1,504 sec, 21.13MB
Яндекс.Метрика