Revues

Une critique de Confess Fletch de Jon Hamm

En 1985, Fletch a adopté une approche intéressante du roman de Gregory McDonald – en gardant essentiellement la même histoire mais en changeant le ton, en atténuant certains de ses éléments les plus sombres et en permettant à la star Chevy Chase de donner au personnage un charme qui manquait souvent à la version romane. Ça a marché; le film reste l’un des véhicules les plus vénérés de Chase, et même McDonald lui-même était finalement satisfait des résultats. Mais l’équipe créative derrière la suite Vies de Fletch ont choisi d’ignorer les romans existants de McDonald’s (11 en tout) et de créer leur propre histoire, apparemment une ingénierie inverse motivée par le désir de mettre Chase dans autant de costumes « drôles » que possible. Le pari n’a pas fonctionné pour les fans du premier film ou des romans de McDonald’s, et la série est depuis en hibernation. Aujourd’hui, plus de 30 ans plus tard, le monde a enfin droit à une autre adaptation digne de ce nom de la série primée du regretté auteur, avec Jon Hamm prenant la relève dans le rôle d’Irwin Maurice Fletcher, alias « Fletch ».

Sam Raimi sur la recherche de sa place dans le MCU

Avoue, Fletch est (à juste titre) le deuxième livre publié par McDonald, et le réalisateur Greg Mottola (qui a écrit le scénario avec Zeb Borow) n’a pas vu la nécessité de donner au public une réintroduction appropriée du personnage, pour le meilleur et pour le pire. Dans la scène d’ouverture, Fletch découvre le cadavre d’une femme dans son appartement et, bien qu’il ait lui-même appelé la police, devient le principal suspect de son meurtre. Ce n’est pas un mauvais début pour un mystère, mais il joue finalement le rôle secondaire dans une intrigue plus compliquée concernant une collection d’art. Comme nous l’apprenons lorsque les flics arrivent, ce n’est pas le véritable appartement de Fletch, mais celui où il s’écrase alors qu’il est à Boston pour tenter d’aider sa petite amie Angela (Lorenza Izzo) à retrouver des tableaux qui ont été volés à sa famille et qui sont maintenant nécessaires pour payer la rançon de son père kidnappé, le comte de Grassi.

C’est le genre d’intrigue à laquelle on pourrait s’attendre à se dérouler au cours du premier acte d’un film, mais – comme ce fut le cas dans le roman de McDonald’s, auquel le film est très fidèle – ces événements se sont produits avant le générique d’ouverture. Mottola et Borow lancent un flash-back utile illustrant la cour de Fletch et Angela, mais cela ne change rien au fait qu’il s’agit d’un mystère sur le retour de notre héros dans un monde avec lequel il n’a aucun lien établi, essayant de résoudre le meurtre de quelqu’un que nous avons. je ne sais pas, en recherchant des tableaux volés il y a des années, dans l’espoir de sauver un personnage que nous n’avons jamais rencontré. En d’autres termes, ce n’est pas la manière la plus gracieuse de faire revivre le personnage auprès d’un nouveau public.

Bien sûr, c’est Fletch lui-même qui propulse cette histoire gênante. Hamm (qui a également produit) s’avère être un choix solide pour le personnage ; après plus de 20 ans de choix de casting plus jeunes, c’est aussi drôle que tout dans le film que le rôle ait finalement été avancé avec quelqu’un qui est encore plus âgé que Chase au moment de la suite. Non pas qu’il manque de rires ; Hamm livre des réponses sarcastiques remarquables et des bêtises occasionnelles que même Chase lui-même pourrait applaudir (un point culminant : Fletch repousse un témoin espion en lui disant que son ami a été mâché en nageant dans l’hélice d’un bateau). Sa répartie avec l’enquêteur principal Monroe (Roy Wood Jr., essentiellement le personnage de Flynn du roman ; le changement de nom dicté par certaines questions de droits) est souvent délicieuse.

Cela dit, il est difficile de ne pas souhaiter que John Slattery soit choisi pour incarner Monroe, ne serait-ce que pour donner aux deux anciens partenaires de scène plus de temps pour interagir; Slattery n’a que quelques minutes à l’écran en tant que Frank, l’ancien patron de Fletch, et c’est dommage qu’ils n’aient pas pu trouver plus d’endroits pour qu’il apparaisse. Des professionnels vétérans comme Marcia Gay Harden et Kyle MacLachlan sont les personnages les plus colorés du film (MacLachlan dansant sur de la musique EDM est un spectacle à voir), tandis qu’Ayden Mayeri obtient le statut de voleur de scène en tant que Griz, le partenaire stagiaire de Monroe et la cible fréquente de Fletch.

Mais aussi solides que soient les rires et le casting, ils ne peuvent pas compenser complètement une histoire aussi étrangement sans enjeu. Quelques révélations tardives expliquent une partie du manque de tension de l’intrigue, mais la bande-annonce du film fait en réalité un meilleur travail de mise en place de l’intrigue que le film lui-même. Les flics semblent n’avoir aucun autre suspect pour le meurtre à part Fletch, qui à son tour semble plus intéressé à suivre des pistes sur le vol d’œuvres d’art qu’à laver son nom. Comme dans le roman (spoiler mineur ici), les deux cas sont liés, mais même cette révélation ne fait pas grand-chose pour aggraver les choses, car le meurtrier ne semble pas essayer de tuer Fletch ou qui que ce soit d’autre, ce qui rend ce côté du mystère limite. sans importance en fin de compte.

Fletch trouve également les peintures relativement tôt, gardant toute intrigue sur ce scénario à distance jusqu’à ce que le coupable (pas trop difficile à deviner) soit révélé et explique comment/pourquoi un meurtre a été ajouté à leur liste de crimes. L’indifférence suffisante de notre héros fait partie de son personnage, oui, mais dans le premier film, ils ont compensé cela en modifiant le livre pour qu’il soit plus digne du grand écran, en ajoutant des poursuites en voiture et autres pour pimenter le shaggy de McDonald’s (mais toujours plus engageant). mystère. Il y a peu de matériel de ce genre ici ; la majeure partie de « l’action » du film tourne autour de scènes répétitives dans lesquelles le héros évite la queue de la police ou se faufile tranquillement autour de la marina où les tableaux sont stockés.

CONFESSER, FLETCH | Bande-annonce officielle | Films Paramount

En fait, tranquillement décrit de nombreuses actions de Fletch ; le film aurait pu être amélioré si Hamm avait suivi l’exemple de Chase et fourni une narration en voix off à la fois pour clarifier les événements en grande partie hors écran qui déclenchent l’histoire et pour ajouter quelques blagues supplémentaires pendant certaines des accalmies de plus en plus fréquentes. Et cela n’aide pas que le point culminant fasse surtout ressembler Fletch à un bouffon, comme si Hamm avait décidé de ressusciter Clark Griswold également (même si, au crédit de Mottola, il améliore le point culminant de McDonald’s, dans lequel Fletch n’a pas eu de confrontation finale avec le tueur du tout).

En tant que retour d’un favori du grand écran, il est peut-être un peu trop négligé pour son propre bien, manquant des scènes de poursuite amusantes et des intermèdes romantiques qui ont contribué à faire du premier film un favori si apprécié. Hamm et Izzo ont relativement peu de scènes ensemble, la différence d’âge (non présente dans le livre ; Fletch n’avait que quelques années de plus qu’elle, alors que Hamm a près de 20 ans sur Izzo) fournissant encore un autre exemple du plus grand obstacle du film : c’est une adaptation trop fidèle d’un livre qui n’était pas tout à fait prêt à être filmé. Les fans du roman seront probablement ravis de le voir correctement représenté en dehors de quelques changements de nom et de clins d’œil directs aux films plus anciens (le chapeau des Lakers de Fletch – une invention du film de 1985 – joue en fait un point de l’intrigue), mais les fans de la version de Chevrolet dans leur ensemble, ils pourraient finir par souhaiter qu’ils facturent leurs billets pour les Underhills.

Note latérale : cela ne signifie rien dans le grand schéma des choses, mais les habitants de la Nouvelle-Angleterre comme moi apprécieront probablement que quelqu’un ait fait ses devoirs locaux, car la politique du Massachusetts contre les feux d’artifice sert de point mineur à l’intrigue, et il y a même une référence jetable à Caldor de toutes choses. C’est aussi peut-être le premier film au monde se déroulant à Boston à ne pas inclure d’images de rameurs sur le panneau Charles ou Citgo, c’est donc suffisamment nouveau pour être loué. Et béni soit : même s’il a été tourné dans le Massachusetts, presque aucun accent « Hahvahd Yaaahhd » !

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/confess-fletch-review-jon-hamm-greg-mottola-1849527553?rand=21406

Viola Davis brille malgré les changements de ton
Un mystère amusant sans rien à dire
Tags: Confess, critiqué, Fletch, Hamm, Jon, Une
Our Sponsors
161 queries in 1.463/1.463 sec, 14.55MB
Яндекс.Метрика