Revues

Berlinale 2018 : « Matangi/Maya/MIA » n’est pas qu’un documentaire musical de plus

Berlinale 2018 : « Matangi/Maya/MIA » n’est pas qu’un documentaire musical de plus

par Alex Billington
18 février 2018

Matangi/Maya/MIA

L’un des meilleurs documentaires que j’ai vu jouer dans les festivals de cinéma cette année s’intitule Matangi/Maya/MIAun profil subversif de la musicienne/activiste controversée, dure à cuire et au franc-parler connue sous le nom de “MIA”. Dans la vraie vie, son nom complet est Maya Arulpragasam, et elle est originaire du Sri Lanka, une île au large de la côte sud de l’Inde. À première vue, cela ressemble à un film qui serait un autre documentaire musical sur une pop star et son ascension vers la gloire, la fortune et la gloire. Mais c’est tout sauf ça. Il s’agit en fait de l’histoire beaucoup plus personnelle et intime d’une jeune femme qui souhaite attirer l’attention et sensibiliser les gens aux problèmes très graves du monde et aux injustices, et ce, en utilisant le pouvoir du microphone. Et si personne ne la prenait au sérieux ? C’est ce qu’est ce film vraiment à propos de. Et c’est un documentaire révélateur, alarmant et revigorant à regarder.

Bien que ce documentaire sur un musicien puisse parler des maisons de disques, de la renommée, de la popularité et de sa gravité, il ne s’agit pas de cela. Il s’agit bien plus d’un regard intime sur l’identité et sur la lutte des gens pour vous prendre au sérieux lorsque vous êtes une pop star au franc-parler. Ils veulent juste que vous chantiez, dansiez, jouiez et soyez un modèle idéal, mais merde. Maya est exactement qui elle est – un produit de son éducation (son père a fondé l’un des groupes de résistance au Sri Lanka et sa mère s’est enfuie à Londres pour l’élever elle et ses frères et sœurs) et une femme qui résiste aux tentations d’une société patriarcale qui veut qu’elle soyez la princesse parfaite. Elle repousse, et ce film montre à quel point elle conserve sa propre identité même si elle finit par être détestée. Elle ne le voudrait pas autrement, et j’ai plus de respect pour elle à cause de cela.

Ce film m’a vraiment secoué, dans le bon sens, en montrant une perspective complètement différente et une facette de l’histoire que la plupart ne veulent pas entendre ou ne veulent pas croire. C’est un document tellement atypique mais qui contient un message tellement puissant au fond : résistez, restez honnête et maintenez votre intégrité, quoi qu’il arrive. Ils auraient pu choisir de montrer des images de ses clips, de ses performances, de ses grands succès et de ses chansons célèbres, et bien qu’il y ait quelques clips, il s’agit principalement de vidéos personnelles et de séquences en coulisses. Maya voulait devenir réalisatrice de documentaires quand elle était petite, donc elle sait comment continuer à filmer tout le temps, où qu’elle aille, et la plupart de ces images sont utilisées ici pour raconter son histoire. Je me demande dans quelle mesure elle a contribué à l’élaboration du récit de ce film, et dans quelle mesure le réalisateur Stephen Loveridge je voulais en parler. Cela semble être un équilibre délicat.

Ce n’est pas un problème, l’équilibre entre l’histoire de Maya et ses propres désirs, et la direction de Loveridge en tant que cinéaste sur le documentaire, c’est plutôt un choix créatif. Et les choix qu’ils a fait faire à cet égard aboutir à un film plus intime et convaincant que celui qui tente de plaire à tout le monde et de satisfaire tous les publics. Il y a quelque chose de profondément admirable là-dedans, qui privilégie l’honnêteté et la personnalité plutôt que l’accent généralement satisfaisant mis sur la popularité et la sympathie. Maya veut changer le monde parce qu’elle a été élevée d’une manière qui lui a permis de voir à quel point le monde est mauvais. Et elle se rend compte que son potentiel pour encourager le changement se présente sous la forme d’un microphone et qu’elle doit utiliser sa renommée pour le bien, plutôt que pour son gain et sa satisfaction personnels. C’est un documentaire formidable qui nous montre qu’il y a toujours bien plus que ce que l’on voit.

Alex’s Berlinale 2018 Note : 9 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Berlinale, Documentaires, Revoir

1

DAVIDPD le 19 février 2018

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2018/berlinale-2018-matangi-maya-m-i-a-is-not-just-another-music-doc/?rand=21919

Berlinale 2018 : « Transit » de Christian Petzold est particulier et fascinant
Berlinale 2018 : le film norvégien “Utøya 22 July” est déchirant et horrifiant
Tags: documentaire, MatangiMayaMIA, musical, nest, pas, quun, Берлинале
Our Sponsors
159 queries in 1.178/1.178 sec, 14.53MB
Яндекс.Метрика