Revues

Berlinale 2018 : « Transit » de Christian Petzold est particulier et fascinant

Berlinale 2018 : « Transit » de Christian Petzold est particulier et fascinant

par Alex Billington
17 février 2018

Examen des transports en commun

Nous tenons pour acquis à quel point il est facile de voyager entre les pays de nos jours. Mais cela n’a pas toujours été aussi facile. Et ce ne sera peut-être pas si facile à l’avenir. Le dernier film du cinéaste allemand Christian Petzold (Jerichow, Barbara, Phoenix) est une fonctionnalité intitulée Transit, présenté en avant-première au Festival du film de Berlin. Le film ressemble à quelque chose que ferait Aki Kaurismäki, en particulier son film le plus récent. L’autre côté de l’espoiret j’ai même l’impression que ça irait bien avec le documentaire d’Ai Weiwei Flux humain. Transit il s’agit de réfugiés et de papiers de transit, et de la vie de personnes qui essaient simplement de trouver une issue, un moyen de quelque part autre. Ils essaient juste d’avancer. C’est le genre de film sur lequel vous devez vous asseoir et réfléchir pendant des jours ou des semaines, et ne pas le traiter instantanément, car il se passe tellement plus de choses au-delà de ce qui est présenté en surface.

Transit est un film très intrigant qui se déroule dans la France d’aujourd’hui, même si l’histoire semble se dérouler au début de la Seconde Guerre mondiale. Franz Rogowski incarne Georg, un Allemand qui se retrouve à dériver entre les villes sans vraiment se concentrer sur ce qu’il fait. On parle de plusieurs villes françaises « occupées » et la présence des Allemands semble inquiétante pour certains habitants. Georg fait son chemin en train et atterrit à Marseille, où il rencontre diverses personnes qui tentent toutes d’obtenir des papiers de transit pour emmener des bateaux à travers l’océan vers le Mexique, l’Amérique ou ailleurs. Tout ce que nous regardons semble étrangement se dérouler pendant la Seconde Guerre mondiale, mais le film se déroule à l’époque contemporaine, avec des véhicules modernes. Le seul autre indice est que personne n’utilise de téléphone ou d’ordinateur. Il m’a fallu un certain temps pour m’habituer à cela, mais une fois que cela a commencé, je m’y suis pleinement mis.

Ce cadre particulier offre quelques angles différents qui ajoutent beaucoup de profondeur à la narration et méritent une analyse approfondie. Premièrement, il semble que Petzold fasse une comparaison entre l’époque actuelle, la crise des réfugiés et ce qui s’est passé pendant la Seconde Guerre mondiale. Principalement parce que c’est si exhaustif et destructeur pour les familles et pour l’esprit de tous ces gens, qui sont dispersés partout, essayant désespérément de trouver un endroit sûr où aller. Certains d’entre eux veulent juste quelqu’un avec qui s’asseoir pour ne pas se sentir seuls. D’autres attendent éternellement quelqu’un qui ne se présentera jamais. L’autre point de vue est que cela pourrait être une indication de la gravité de la situation si nous laissons les choses continuer, si nous laissons les pays fermer à nouveau leurs frontières ou restreindre l’accès à certaines personnes seulement qui peuvent obtenir des papiers de transit. Le film fonctionne dans les deux sens, et c’est ce qui le rend si fascinant.

Quant à l’histoire en surface, sur Georg et ses amis et connaissances, elle est un peu alambiquée. Au début, il voyage avec un écrivain qui décède dans le train. Il envisage d’apporter ses artefacts à l’ambassade du Mexique et de les remettre contre une prime, mais finit involontairement par emprunter l’identité de cet homme pour l’aider à rester à flot. Il sillonne la ville, organisant des rencontres avec les ambassades et rencontrant les habitants. Il y a une voix off plutôt ennuyeuse qui revient souvent, racontant l’histoire de Georg du point de vue d’un barman dans un restaurant qu’il fréquente (un autre méta-récit en plus de tout cela). À un moment donné, j’ai réalisé que sa façon de dériver représentait à quel point ce genre de personnes se perdent dans le transport, dérivent parce qu’elles ne savent pas où aller, ni quoi faire, ni ce qu’elles veulent. devrait faire, ou qui ils sont même plus. Ils sont malheureusement perdus dans le mélange.

Même si ce récit errant et ce cadre déroutant n’étaient pas faciles à comprendre au début, au fur et à mesure que le film se déroulait, j’ai commencé à l’apprécier davantage. Il y a tellement de choses à disséquer et à analyser dans ce film et j’admire tout ce que Petzold dit sans avoir à le dire directement. Même s’il y a une voix off, elle sert uniquement à faire avancer l’histoire et à nous donner plus de détails sur les personnages. Cela ne précise pas que ce film parle des réfugiés, de la migration et de la vie des personnes qui tentent de se déplacer. Et rien de tout cela n’est expliqué ouvertement, cela est intégré au scénario de manière subtile. Ce n’est pas ouvertement divertissant, ni ennuyeux ou déprimant, et il a une performance principale unique qui est captivante d’une manière décalée. Transit mérite une attention et un examen supplémentaires au-delà de ce qui se trouve en surface, c’est un film fascinant qui mérite beaucoup de respect.

Alex’s Berlinale 2018 Note : 8 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Berlinale, Revoir

1

DAVIDPD le 19 février 2018

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2018/berlinale-2018-christian-petzolds-transit-is-peculiar-fascinating/?rand=21919

Critique : “Black Panther” de Ryan Coogler place la barre haute dans le MCU
Berlinale 2018 : « Matangi/Maya/MIA » n’est pas qu’un documentaire musical de plus
Tags: Christian, fascinant, particulier, Petzold, Transit, Берлинале, Есть
Our Sponsors
159 queries in 1.100/1.100 sec, 14.54MB
Яндекс.Метрика