Revues

Cannes 2019 : Le film Deadpan Zombie de Jarmusch « The Dead Don’t Die »

Cannes 2019 : Le film Deadpan Zombie de Jarmusch « The Dead Don’t Die »

par Alex Billington
14 mai 2019

Les morts ne meurent pas

Jarmusch semble plutôt bouleversé par la façon dont les choses se passent dans notre société ces jours-ci. Il a donc réalisé un film de zombies. Les morts ne meurent pasune comédie zombie écrite et réalisée par un cinéaste indépendant américain Jim Jarmusch (de Homme mort, chien fantôme, café et cigarettes, fleurs brisées, les limites du contrôle, seuls les amoureux sont restés en vie, Paterson), vient d’être présenté en première au Festival de Cannes 2019 comme film de gala de la soirée d’ouverture. En fait, il ne s’agit pas vraiment d’un film de zombies, mais plutôt d’un commentaire social couvert de sang et de maquillage de zombies, accompagné de quelques flics fatigués d’une petite ville qui font de leur mieux pour survivre à cet enfer. Le film est une critique extrêmement évidente de la misère des choses, entre le changement climatique, le matérialisme et les idiots qui dirigent l’Amérique, et du fait que tout va mal finir, quoi que nous fassions. Hélas, il s’use assez vite et n’offre pas beaucoup d’humour de cœur pour compenser, seulement de l’ironie zombie et de la méta maladresse.

Cela devrait surprendre ceux qui connaissent son travail, mais celui de Jarmusch Les morts ne meurent pas est un film mélodramatique à combustion lente, pince-sans-rire. C’est le style typique de Jim Jarmusch et cela peut bien fonctionner (voir : Paterson), mais malheureusement cette fois, cela rend le film beaucoup trop ennuyeux et parfois ennuyeux. Il n’y a pas beaucoup d’histoire ici : nous suivons deux flics locaux dans une petite ville qui sont un peu dépassés lorsque les zombies se réveillent et commencent à manger les gens. Quelques autres personnages sont introduits, mais nous n’avons jamais aucune raison de nous soucier d’eux, et ils n’ont pas non plus d’arc ou de progression de quelque manière que ce soit, sauf pour être finalement mangés par des zombies (puis se transformer eux-mêmes en zombies). Adam Pilote étoiles avec Bill Murray incarnant les policiers locaux de Centreville (« un endroit vraiment sympa »), rejoints par Chloë Sévigny comme un autre flic. Et puis il y a Tilda Swintonqui incarne une croque-mort brandissant une épée de samouraï, ce qui est cool à voir mais elle n’a vraiment pas d’autre intérêt, assez curieusement.

Il y a un lot d’autres personnages secondaires – morts-vivants et pas encore morts – qui apparaissent partout et sont utilisés comme blagues, mais la plupart d’entre eux sont de petits rôles ou même des camées. Le plus gros problème avec Les morts ne meurent pas est-ce qu’au lieu de faire un réel comédie zombie, Jarmusch emprunte le genre zombie pour exprimer sa colère face à la façon dont le monde est devenu foutu. Il profite de tous les tropes habituels, fait référence à Romero dans le style et littéralement dans les dialogues, et inclut des tueries et des combats amusants. Mais c’est tellement minime et commence à devenir vite répétitif. Le tout est complété par des blagues littéralement répétitives, qui reviennent sans cesse pour un effet comique, mais qui ne vous feront probablement pas rire de toute façon. Il y a aussi une méta-mesure maladroite qui brise le quatrième mur qui ne semble pas correspondre au reste du film. Malgré tous nos efforts pour trouver quelque chose d’intelligent, rien dans ce film n’est intelligent ou divertissant. Pas même le commentaire social – qui, honnêtement, est tout à fait exact.

Au contraire, Jarmusch mérite un certain crédit pour s’être moqué de tout ce qui ne va pas dans la société d’aujourd’hui et pour nous avoir montré de manière très sombre à quel point nous sommes tous condamnés. Il a fini par devenir beaucoup trop haut sur son désir d’envelopper un commentaire social brutal avec une histoire d’apocalypse zombie dans une petite ville. En se concentrant autant sur la nécessité de rendre ce commentaire si douloureusement évident, il semble avoir oublié de créer quelque chose de réellement divertissant. Au moins, il y a quelques meurtres sympas et quelques rires clairsemés (non) pince-sans-rire. La meilleure partie pourrait être Tom attend jouer un personnage hippie « Hermit Bob » qui raconte les choses et fournit la sagesse la plus intrigante. Le reste, cependant, n’est pas si mémorable – sauf pour nous rappeler que tout va mal se terminer et que nous ne pouvons pas y faire grand-chose, même si nous essayons. Je suis du côté de Jarmusch, je comprends tout à fait et je suis d’accord avec lui – j’ai juste trouvé le film assez décevant et sans intérêt. Même Bill Murray ne peut pas nous sauver de la catastrophe.

Note d’Alex à Cannes 2019 : 6,5 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Cannes 19, Horreur, Revoir

1

l’espritbo le 14 mai 2019

2

LE_RAW_ le 15 mai 2019

3

Terry Craig le 16 mai 2019

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2019/cannes-2019-jarmuschs-deadpan-zombie-film-the-dead-dont-die/?rand=21919

Critique : « Avengers : Endgame » des Russo fait tous les bons choix
Cannes 2019 : « Les Misérables », le thriller français incroyablement tendu de Ladj Ly
Tags: Cannes, Dead, Deadpan, Die, dont, Jarmusch, Zombie, фильм
Our Sponsors
164 queries in 2,270/2,270 sec, 21.25MB
Яндекс.Метрика