Revues

Critique : « Solo » de Ron Howard est une explosion de familier pour les fans de Star Wars

Critique : « Solo » de Ron Howard est une explosion de familier pour les fans de Star Wars

par Jérémie Kirk
27 mai 2018

Solo : Une histoire de Star Wars

À bien des égards, 2018 est à la fois la meilleure et la pire période pour être fan du Guerres des étoiles la franchise. D’une part, avec Disney et le Kathleen Kennedy-dirigé par Lucasfilm en charge de la liste des nouveaux films, il y a plus d’histoires racontées que jamais auparavant se déroulant dans la galaxie tumultueuse. D’un autre côté, la notion de burn-out avec tout ça Guerres des étoiles On peut penser que les films ne disent rien de la manière turbulente dans laquelle se trouvent de nombreux fans. Il y a plus de conflits parmi les fans qu’il n’y en a jamais eu sous Georges Lucas‘ contrôle, dont le catalyseur vient du concept de Lucasfilm consistant à aller et venir entre les histoires se déroulant dans la saga principale Skywalker et les histoires supplémentaires autonomes se déroulant ailleurs à l’époque et dans le lieu de l’histoire. Guerres des étoiles galaxie.

Celui de Rian Johnson Le dernier Jedi Cela a plu aux fans qui recherchaient quelque chose d’un peu différent de la franchise, mais les fans qui voulaient des styles et des aventures similaires à ceux qu’ils avaient vus auparavant ont été contrariés. Certains étaient carrément en colère. C’est avec la plus récente entrée dans le Guerres des étoiles univers canonique que le nouveau Lucasfilm montre ce qu’il recherche avec ces différents styles de films. Les entrées de la saga, avec Épisode IX à l’horizon, sont, faute de meilleure description, pour les critiques. Les films autonomes, dont le dernier en date est Solo : Une histoire de Star Wars, sont pour les fans. Il n’y a rien de bien ou de mal en soi dans ces deux types de films. Ils ont des objectifs différents et des conditions préalables différentes pour déterminer le succès. Il faut cependant comprendre lequel des deux types de films vous attend.

Solo : Une histoire de Star Wars est résolument un film pour les fans, un film qui fonctionne plus comme un coup de pouce et un clin d’œil plutôt que comme une expansion de l’univers que beaucoup d’entre nous connaissent et aiment déjà. C’est un film qui s’intéresse davantage à expliquer les idées et le développement des personnages déjà montrés qu’à construire quelque chose de nouveau. Vous êtes-vous déjà demandé comment Han Solo, joué ici par Alden Ehrenreich, vient par son nom ? L’explication est ici. Curieux de connaître la Kessel Run, la manœuvre notable évoquée par Harrison Ford dans Solo Un nouvel espoir? C’est ici. Vous êtes-vous demandé comment Han en est arrivé à avoir un copilote Wookiee nommé Chewbacca ou même pourquoi il fait toujours référence à Chewbacca sous le nom de Chewie ? Je sais que vous êtes assez intelligent pour déterminer en quoi l’un est simplement l’abréviation de l’autre, mais tout cela est expliqué en détail dans Solo.

Solo : Une revue de l'histoire de Star Wars

Encore une fois, mis à part les niveaux de sarcasme, il n’y a rien de mal à ce que Lucasfilm veuille rassembler ces histoires/préquelles autonomes qui sont plus une explication de la découverte familière que merveilleuse du nouveau. À cette fin, les clins d’œil et les coups de coude constants à l’œuvre dans Solo sont le plus gros inconvénient que l’on puisse trouver dans le dernier film. En dehors de cela, le film, avec un réalisateur chevronné Ron Howard à la barre, c’est une explosion de divertissement qui se déroule sans trop d’effort.

Howard a été embauché pour les tâches de mise en scène sur Solo très tard dans le jeu. Le duo Phil Seigneur & Chris Miller (Nuageux avec une chance de boulettes de viande, Le film Lego, 21 et 22 rue Jump) se sont vu initialement confier la tâche et étaient sur le point de l’achever lorsque Lucasfilm a décidé de leur montrer la porte. Howard a été amené et re-tourné entre 75 et 85 % du film, annulant essentiellement le travail accompli par l’équipe d’origine. La version Lord & Miller de Solo était probablement beaucoup plus radical que ce que Lucasfilm voulait sortir, et Howard a été amené à donner au film un aspect plus familier et une sensation plus éprouvée. À cette fin, l’inclusion tardive de Howard fait exactement l’affaire.

Bien que le démarrage du film soit quelque peu lent, l’aventure en son cœur tient la promesse d’une excitation ininterrompue et de sensations fortes mur à mur. Le scénario de l’équipe père-fils de Laurent Kasdan et Jonathan Kasdan a la sensation d’un film de braquage, une idée qui va de pair avec le personnage de Solo, un contrebandier grandissant dans la pègre galactique. Cependant, ils trouvent encore d’innombrables opportunités pour les aventures à indice d’octane élevé que les fans de la série réclameront, et le film offre une abondance de moments qui font sourire tout au long.

Aussi divertissant soit-il, le film a parfois du mal à trouver sa place dans le contexte global, Guerres des étoiles franchise, le casting impliquait d’avoir du mal à se glisser dans ces personnages familiers. Cela se ressent principalement dans le cas d’Ehrenreich, qui a la tâche ingrate de tenter de remplacer Harrison Ford en tant que l’une des figures les plus emblématiques du cinéma moderne. Ehrenreich sourit avec tout le charme requis et vous le considérez comme un jeune scélérat impétueux qui cherche toujours l’amour dans la galaxie. Il y a très peu de liens entre le Han Solo trouvé ici et celui introduit dans Un nouvel espoircependant, et vous devez vous demander combien de développement de ce personnage a été laissé pour de futurs projets centrés sur Solo.

Solo : Une revue de l'histoire de Star Wars

En dehors du rôle principal, les acteurs du film agissent de manière louable, même lorsque les interprètes semblent avoir très peu de moyens de travailler. Joonas Suotamoqui remplit le rôle de Chewbacca depuis le réveil de la forcefait du bon travail ici, et c’est une belle surprise de voir enfin Chewie tenir la promesse de la physicalité Wookiee à laquelle on fait allusion depuis si longtemps. Woody Harrelson et Thandie Newton font un travail décent, même si leurs personnages respectifs, aussi nouveaux soient-ils, sont familiers et quelque peu typiques. Emilia Clarkede même, agit en conséquence comme l’intérêt amoureux de Solo, mais elle a reçu peu de motivation ou de développement. Paul Bettany joue le méchant ici, et il semble avoir eu le moins de moyens de travailler.

L’acteur remarquable dans Solocependant, doit être Donald Glover comme le jeune Lando Calrissian, un contrebandier dont on sait qu’il finira par se lier d’amitié avec l’éponyme Solo. Glover a les manières et le discours de son personnage, précédemment joué par Billy Dee Williams, mais même lui semble avoir reçu le bâton le plus court en termes de temps d’écran. Même lorsqu’il est présent dans le film, on craint qu’il ne soit éclipsé par Phoebe Waller-Bridge comme la voix de L3-37, le compagnon droïde de Calrissian qui s’intéresse plus qu’un peu aux droits des droïdes à travers la galaxie. C’est un personnage ludique et Waller-Bridge s’approprie le sien, mais sa présence est toujours lésée par souci de familiarité.

C’est malheureusement là que réside une grande partie du plaisir Solo : Une histoire de Star Wars repose, de manière éphémère et en sachant que tout cela pourrait être balayé à tout moment au profit de quelque chose que nous connaissons déjà. Assez divertissant mais finalement édenté, Solo est une aventure douce au bubble gum, composée d’une narration détendue et de choix confortables. C’est vraiment, pour le meilleur ou pour le pire, un film pour les fans, et il n’y a rien de mal à cela. Il sera intéressant de voir où se situe l’avenir du Guerres des étoiles la franchise nous emmène et si cette destination est plus difficile que de découvrir des réponses dont nous avons déjà été informés ou que nous n’avions pas demandées en premier lieu.

Partager

Trouver plus de messages : Revoir, Guerres des étoiles

1

DAVIDPD le 27 mai 2018

3

Stefan Kuhlmann le 28 mai 2018

4

Derek NOLA le 28 mai 2018

5

Russel le 29 mai 2018

6

LE_RAW_ le 30 mai 2018

7

Payne par nom le 31 mai 2018

8

Richard Henrik le 10 septembre 2018

Les nouveaux commentaires ne sont plus autorisés sur ce post.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2018/review-solo-a-star-wars-story-is-a-blast-of-the-familiar-for-star-wars-fans/?rand=21919

Critique : « Solo : A Star Wars Story » est une aventure spatiale amusante et rapide
Cannes 2018 : « Le monde vous appartient » de Romain Gavras est ridiculement amusant
Tags: critiqué, explosion, familier, fans, Howard, Les, pour, Ron, Solo, Star, Une, Wars, Есть
Our Sponsors
164 queries in 2,398/2,398 sec, 21.28MB
Яндекс.Метрика