Revues

Le film d’horreur sans structure de Christina Ricci

Il semble extrêmement injuste d’imputer les échecs créatifs à l’écran d’un film à quelque chose d’aussi inoffensif que son générique, et c’est peut-être vrai dans la plupart des cas. Mais dans le cas de Monstrueuxqui compte 41 (oui, 41 !) producteurs exécutifs (sans compter quatre producteurs et sept autres coproducteurs), la chaussure semble être la bonne.

George Clooney : Johnny Depp et Mark Wahlberg “regrettent” d’avoir abandonné “Ocean’s Eleven”

Ce film d’horreur psychologique inerte est si extraordinairement ennuyeux et inutile sur un plan purement narratif qu’il semble être le produit d’un marchandage financier sans fin, d’investissements dans des abris fiscaux et de mille autres compromis et accommodements. C’est facile à imaginer Monstrueux commençant sa vie, peut-être dans l’esprit de la scénariste Carol Chrest ou même du réalisateur Chris Sivertson, comme quelque chose d’excitant ou d’unique. Malheureusement, il est difficile d’imaginer un produit fini plus mort-né, un exercice d’ennui qui vérifie les moindres cases du « film terminé » et offre peut-être des avantages inconnus à certains de ces producteurs exécutifs, mais n’offre par ailleurs rien qui puisse intéresser le public.

Monstrueux s’ouvre avec Laura Butler (Christine Ricci) et son fils Cody (Santino Barnard), 7 ans, font leurs valises et déménagent en Californie. Apparemment, ils fuient le mari violent de Laura, mais leur voyage ne présente aucune urgence ni panique. Le couple élise résidence dans une maison de location meublée appartenant aux Langtree (Don Baldaramos et Colleen Camp) au milieu d’une vaste étendue rurale bordée par un étang.

Laura obtient un emploi de bureau générique avec un patron tout aussi générique, M. Alonzo (Lew Temple), et entreprend d’essayer de restaurer un certain sentiment de normalité pour Cody. Malheureusement, Cody est certain qu’un monstre de l’étang visite sa chambre dans leur maison de location. Il s’avère que ce monstre n’est pas le fruit de l’imagination d’un adolescent : après qu’une créature noueuse et chargée de vrilles l’ait terrorisé une nuit, Cody prend un tournant émotionnel et commence à l’ajouter aux dessins de famille, l’appelant la « jolie dame ». Laura semble un peu découragée par cela, mais s’inquiète surtout du fait que Cody s’intègre à l’école.

La clé pour s’intéresser à presque n’importe quel film d’horreur est de comprendre son vocabulaire, autant que son histoire. Travaille-t-il dans l’ombre ou touche-t-il au surnaturel ? Cherche-t-il avant tout à secouer viscéralement, ou plutôt à déstabiliser ? Peut-être connaissons-nous le(s) tueur(s), ou la menace est-elle externe et anonyme ? Les mash-ups, bien sûr, mélangent constamment les modes de narration et visent à renverser les attentes. Cela fait partie de leur plaisir.

Monstrueux, cependant, ne semble tout simplement pas avoir une idée solide et cohérente de ce que cela devrait être. Pendant la majeure partie de sa durée d’exécution, il est principalement investi, de manière audacieuse et soulignée, dans une évocation sans air des années 1950. Cette préoccupation s’étend depuis la conception de la production de Mars Feehery et les costumes de Morgan Degroff jusqu’à une liste de signaux musicaux radiophoniques et ses dialogues golly-gee (« Je sais que toi et moi sommes complètement en sécurité, comme deux insectes blottis dans un tapis »), comme si un décor d’époque élève d’une manière ou d’une autre comme par magie l’histoire racontée. Tous les aspects du script de Chrest existent pour assurer en premier lieu cette fonction.

Il y a quelques indices, dès le début, de plis et de couches supplémentaires, de possibles rebondissements narratifs en attente. Laura prend des médicaments, mais elle a peut-être arrêté. Elle nomme mal un collègue lors d’une conversation avec Cody. Puis, vers la fin du film, elle semble avoir un problème d’alcool. Mais Monstrueux n’a ni structure ni flux, et semble exister seulement assez longtemps pour marquer l’horloge et se qualifier pour la longueur des fonctionnalités.

Réalisateur Sivertson, dont les crédits incluent Toutes les pom-pom girls meurent et le thriller Lindsay Lohan Je sais qui m’a tué, a beaucoup d’expérience dans les genres d’horreur psychologique et surnaturelle. Ici, cependant, il supervise mal une sorte de production de vaisseau fantôme, qui manque de vision cohérente et de discipline interne de continuité. (Il y a une scène où Laura émerge d’une séquence de cauchemar sous-marin physiquement mouillée, mais est ensuite immédiatement sèche dans le plan suivant.) Le travail d’effets spéciaux du film est risible, bien qu’au moins clairsemé. La rédactrice en chef Anjoum Agrama a du mal à établir tout type de rythme et doit apparemment deviner elle-même des concepts de base tels que l’atmosphère ou le ton, ce qui donne lieu à des scènes avec un voisin fouineur qui se révèlent tour à tour ennuyeuses et inexplicablement menaçantes.

Ricci est une actrice douée, mais elle ne trouve jamais ici une ligne directrice convaincante pour son personnage. Elle incarne Laura comme boutonnée, sans cacher de grand secret ni prise dans le courant contraire de quelque chose qu’elle ne comprend pas. Le slogan du film (« Le passé peut vous tirer vers le bas »), ainsi que quelques flashbacks sur Laura dans son adolescence, indiquent une prémisse liée au traumatisme et au chagrin, mais Monstrueux n’aborde aucune de ces questions d’une manière satisfaisante, ni même substantielle. Le plus accablant, c’est qu’il ne semble même pas essayer. Dépourvu de frayeurs, de tension, de malaise ou de toute curiosité passagère, le film n’offre rien à quoi le spectateur puisse s’accrocher. Mais bon, 41 personnes ont reçu un crédit de producteur exécutif. Il y a peut-être là une véritable histoire.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/monstrous-review-christina-ricci-starring-horror-film-1848914463?rand=21406

Revue The Innocents : les enfants super-autonomisés d’Eskil Vogt
Rebel Wilson recycle son shtick habituel
Tags: Christina, dhorreur, Ricci, sans, structure, фильм
159 queries in 1.058/1.058 sec, 14.85MB
Яндекс.Метрика