Revues

Rebel Wilson recycle son shtick habituel

Cela ne prend pas longtemps pour Année senior pour exposer son principe farfelu, centré sur une lycéenne populaire qui se réveille d’un coma de deux décennies et, dans l’espoir de reprendre là où elle s’était arrêtée, s’efforce de terminer sa dernière année à l’âge de 37 ans. Quelques minutes, nous sommes transportés dans la mêlée de l’état désordonné de développement arrêté de cette femme. Et bien que le réalisateur Alex Hardcastle et les scénaristes Andrew Knauer, Arthur Pielli et Brandon Scott Jones prendre à cœur le concept intelligent d’une personne prise hors du temps au lycée, un peu comme l’ingénieux 21 rue du saut et Jamais été embrassé l’a fait, cet original de Netflix n’a pas la puissance de ces prédécesseurs cinématographiques pour réussir l’atterrissage.

Le tour d’horizon hebdomadaire des films de l’AV Club

Après avoir quitté l’Australie pour s’installer aux États-Unis, l’adolescente impressionnable Stephanie (Angourie Rice) cherchait désespérément à s’intégrer à la foule populaire. Se pencher sur les magazines à la mode et sur MTV, porter la bonne garde-robe et suivre les normes sociales acceptées ont aidé notre jeune héroïne à devenir la fille la plus populaire de son lycée dès sa dernière année. Maintenant, elle est sur la bonne voie pour sa soi-disant vie parfaite : conduire un cabriolet décapotable rouge, sortir avec le gars le plus sexy de la classe, Blaine (Tyler Barnhardt), et être nommée capitaine de l’équipe de pom-pom girl, du moins c’est ce qu’elle pense. La tragédie frappe lorsque Tiffany (Ana Yi Puig), une tyran jalouse de classe, sabote leur spectacle, Apportez-le-une routine de joie, plaçant le jeune de 17 ans dans un lit d’hôpital, coincé dans le coma.

Le jour de son 37e anniversaire, Stéphanie se réveille et découvre que non seulement son corps a changé, mais aussi le monde qui l’entoure. Il y a toutes sortes de nouvelles choses populaires, des téléphones portables aux superstars, à découvrir, et tout cela n’est pas toujours une bonne surprise. Ses aspirations d’adolescente de posséder un jour la maison la plus pittoresque de la ville sont rapidement anéanties lorsqu’elle découvre que Tiffany (Zoe Chao) et Blaine (Justin Hartley) adultes sont mariés et y vivent. Pourtant, au lieu d’entrer dans un état de choc, elle décide de remettre sa vie sur les rails, de retourner à l’école et d’atteindre le seul objectif qu’elle n’a pas pu atteindre : être couronnée reine du bal. Cependant, cela s’avère difficile car l’école a depuis longtemps banni le concours et elle doit s’adapter aux mœurs sociales contemporaines pour le rétablir.

Péniblement simpliste dans son exécution, qui sous-estime souvent sa mise en scène intelligente et mettant en vedette des personnages désagréables et mal dessinés, le film fait des heures supplémentaires pour que le public ne l’aime pas activement. Les deux amis les plus proches de Stéphanie – Seth (Sam Richardson), peu sûr de lui, aux yeux de chiot et Martha (Mary Holland), une souris et au bon cœur – agissent comme sa conscience, mais lui pardonnent beaucoup trop facilement lorsqu’ils sont inévitablement appelés à le faire. D’autres, comme Tiffany et sa fille socialement consciente Bri (Jade Bender), la rivale contemporaine de Stéphanie, connaissent un changement non mérité, bien que cette dernière reçoive l’arc le plus convaincant de l’histoire. De plus, les résolutions satisfaisantes sont sensiblement atténuées, atténuées par des choix créatifs frustrants.

Étant donné que la protagoniste est une greffe de 2002 et que sa manière de parler (abusant agressivement du terme « salope »), danse, et la robe sont directement tirées de cette année-là, l’ambiance de ce film est à égalité avec celle des coms populaires pour adolescents de cette époque. Ce niveau de perspicacité semble accidentel dans la mesure où aucun de ces cinéastes n’innove avec ses propres idées. Ce n’est pas si mal, cependant, car ils commentent admirablement les stéréotypes et la politique de genre, faisant ainsi de drôles de blagues sur les poissons hors de l’eau aux dépens de Stéphanie.

Wilson, qui jouait auparavant le rôle d’une femme blessée à la tête dans la comédie romantique bien plus drôle et plus pointue N’est-ce pas romantique, illustre parfaitement le physique d’une adolescente gâtée et égoïste – feignant l’embarras, touchant son visage avec ses mains, abaissant ses épaules et poussant un gémissement mièvre. Sa nuance élève également le matériau, en particulier dans le troisième acte, lorsque le scénario lui demande de vendre le changement inévitable de son personnage d’égoïste à altruiste. Ses scènes avec l’écrivain et acteur Jones, qui a également joué avec elle dans le film susmentionné, montrent leur relation agréable, mais ne peuvent malheureusement pas sauver l’image.

Il n’y a pas beaucoup de films modernes axés sur la crise de la quarantaine chez les femmes, et il est peu probable que cela inspire davantage à faire – dommage, étant donné qu’avec plus de savoir-faire et de soin, Année senior Cela aurait pu être beaucoup plus significatif, voire véritablement bruyant. Bien que les manigances et les détours loufoques ne rapportent pas grand-chose en termes de cœur ou d’humour, son rythme vif et les prouesses comiques de la principale dame le rendent juste assez digne pour votre file d’attente Netflix. Ne vous attendez pas à jeter votre casquette en l’air une fois terminé.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.avclub.com/senior-year-film-review-rebel-wilson-back-in-high-scho-1848919803?rand=21406

Le film d’horreur sans structure de Christina Ricci
Adaptation de Stephen King de Keith Thomas
Tags: habituel, Rebel, recycle, shtick, son, Wilson
Our Sponsors
161 queries in 1.064/1.064 sec, 14.56MB
Яндекс.Метрика