Revues

Revue « Scoop » : l’histoire derrière cette interview du prince Andrew

Les révélations qui ont attiré l’attention du public sur le Watergate, les prédateurs d’Harvey Weinstein et les abus tolérés par l’archidiocèse catholique romain de Boston ont tous fait l’objet de films. Le drame tournait en partie autour de la difficulté de faire parler les gens.

Vient maintenant l’histoire de la façon dont le programme de la BBC « Newsnight » a décroché son interview explosive avec le prince Andrew en 2019. Au cours d’un segment bizarre de 49 minutes, il s’est adressé de manière peu convaincante son amitié avec Jeffrey Epstein, le financier et délinquant sexuel condamné, et a nié à plusieurs reprises accusations de Virginia Roberts Giuffre qu’à 17 ans, elle a eu des relations sexuelles avec le prince après avoir été trafiquée par Epstein. L’interview était moins historique que les conversations de David Frost avec Richard Nixon absent du bureau (elles-mêmes la base d’une pièce de théâtre devenue film), mais les retombées étaient réelles. Face aux critiques généralisées, le prince Andrew a démissionné de ses fonctions publiques quelques jours plus tard.

Comment obtenir une interview avec un royal en proie à un scandale ? “Scoop”, réalisé par Philip Martin, raconte les efforts déterminés du producteur Sam McAlister (Billie Piper), sur lequel le livre “Scoops” est basé sur le film. Assister à des réunions au palais de Buckingham n’a peut-être pas le courage d’un reportage en cuir de chaussure, mais il faut une véritable psychologie pour convaincre un personnage célèbre que pour contrer la désapprobation, il faut la reconnaître et que les questions posées seront justes. Sam fait valoir ses arguments au cours de multiples discussions avec la secrétaire personnelle du prince, Amanda Thirsk (Keeley Hawes), et finalement dans un discours au prince lui-même (Rufus Sewell avec un maquillage important) aux côtés d’Emily Maitlis (Gillian Anderson), la journaliste qui espère interroger lui.

Le film trouve suffisamment de suspense dans ces négociations et dans les préparatifs de Maitlis pour la rencontre, une grillade qu’elle, dans la vraie vie, a habilement réussi sans jamais paraître discourtoise. Pourquoi les réponses du prince Andrew ont été si sourdes – il a été critiqué pour ne pas avoir exprimé de sympathie pour les victimes d’Epstein – est un mystère que « Scoop » évite. (McAlister et Thirsk échangent des regards ambigus à la fin de l’enregistrement.)

Ce que « Scoop » offre, c’est le plaisir modeste – auquel tout journaliste est susceptible – de soutenir une équipe de reportages pour obtenir un article. Cela, et le mimétisme : exceptionnel de la part d’Anderson, moins de celle de Sewell, qui a une voix plus rauque et des manières plus passablement sérieuses que le prince affiché à la télévision.

Scoop
Non classé. Durée : 1 heure 42 minutes. Regarder sur Netflix.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/04/04/movies/scoop-review-prince-andrew-bbc.html?rand=21388

Critique de « The People’s Joker » : un joker
Critique de “Coup de Chance”: l’habituel de Woody Allen avec une touche française
Tags: Andrew, cette, derrière, Interview, lhistoire, Prince, revue, Scoop
Our Sponsors
164 queries in 1.596/1.596 sec, 14.49MB
Яндекс.Метрика