Revues

Sitges 2023 : Black Metal Kung Fu dans « The Invisible Fight » d’Estonie

Sitges 2023 : Black Metal Kung Fu dans « The Invisible Fight » d’Estonie

par Alex Billington
17 octobre 2023

La revue du combat invisible

Apportez le kung-fu estonien !! Il y a un petit film badass à l’affiche sur le circuit des festivals de cinéma cet automne, intitulé Le combat invisiblele sixième long métrage réalisé par le cinéaste estonien Rainer Sarnet. Après avoir été présenté pour la première fois au Festival du film de Locarno en Suisse, il a également été projeté au Fantastic Fest, à Helsinki, et au Festival du film de Sitges en Espagne – où j’ai eu la chance de le rattraper. Et oui – Le combat invisible rochers! Un film d’arts martiaux loufoque rencontre une comédie estonienne se déroulant dans le passé de l’ère soviétique, où un gars décide d’aller à l’encontre du système communiste et d’apprendre le kung-fu – juste parce que c’est cool. Même si cela s’essouffle en seconde partie, ce film est méga agréable car il est audacieusement original. Où d’autre peut-on s’initier aux tentations du kung-fu black metal, enseigné par des moines orthodoxes à longue barbe, qui insistent sur l’importance de l’humilité plutôt que de la dextérité. Il y a une histoire de moralité là-dedans, évidemment, mais c’est surtout un sacré bon moment au cinéma.

Se déroulant dans les années 1970, alors que l’Estonie faisait encore partie de l’URSS, le film ne parle pas vraiment de l’Estonie en soi, mais plutôt de ce à quoi ressemblaient les choses à cette époque sous le poids du communisme. Soldat Rafael (Ursel Tilk) est en service lorsque son poste de garde est attaqué par des guerriers chinois de kung-fu. Il est le seul à survivre à leur attaque, et devient par la suite fasciné par les arts martiaux pratiqués par ces combattants. Des années plus tard, il entre dans un monastère pour suivre une formation de moine expert en kung-fu. Mais il apprend vite qu’il n’est pas facile de maîtriser cette technique de combat, car il ne rentre pas vraiment dans le régime rigide du christianisme orthodoxe. Leur couvent est rempli de moines durs à cuire qui sont pour la plupart silencieux et obéissants, l’observant alors qu’il se ridiculise. Le directeur l’accueille et lui offre une chance d’apprendre, même si ce sur quoi Rafael doit le plus travailler, c’est son humilité. Il se dispute également avec un autre jeune moine qui veut diriger les lieux. Tout cela est ringard et pourtant amusant.

Ce n’est pas tant une question de combats que d’humour intelligent. Ce film contient plus d’une poignée de blagues que je n’ai jamais entendues auparavant, clairement inspirées par la propre vie du cinéaste qui a grandi dans les années 70 en Estonie. C’est une lettre d’amour à la gloire du kung-fu old school, agréable à regarder, hélas sans combats particulièrement mémorables. Il y a quelques bons moments où nous voyons Rafael et d’autres réaliser de jolis mouvements et voler dans les airs sur des fils, mais les grandes confrontations se terminent assez rapidement. Ils bercent Black Sabbath pendant la majeure partie du film, et il mérite des éloges pour sa créativité. C’est une vision spécifique d’un film unique et drôle que Sarnet réussit vraiment à créer – à la fois visuellement et narrativement. Le staret en chef du monastère est mon personnage préféré, joué par Indrek Sammul, un autre grand sage pédagogue rejoignant les rangs du cinéma. Le voir s’impliquer dans des combats est l’un des meilleurs moments de tout cela. C’est un compliment de dire que c’est le genre de joyau du genre qu’on avait l’habitude de découvrir en VHS puis dont on riait toujours en grignotant une pizza. Aie du plaisir avec ça.

Note d’Alex’s Sitges 2023 : 7,5 sur 10
Suivez Alex sur Twitter – @firstshowing / Ou Boîte aux lettres – @firstshowing

Partager

Trouver plus de messages : Revoir, Sitges

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.firstshowing.net/2023/sitges-2023-black-metal-kung-fu-in-the-invisible-fight-from-estonia/?rand=21919

Revue « Le Diable en procès » : Whodunit ? Satan?
Revue « Les délinquants » : de l’argent pour rien
Tags: Black, dans, dEstonie, Fight, invisible, Kung, Metal, Sitges
Our Sponsors
159 queries in 1.733/1.733 sec, 14.53MB
Яндекс.Метрика