Revues

Critique de “Lisa Frankenstein”: Quand maman le découvre, tu es tellement mort

Depuis que Mary Shelley a écrit « Frankenstein » à l’âge de 19 ans, celui-ci a fonctionné comme un test de Rorschach remarquablement polyvalent, prémonitoire d’une manière que son auteur aurait difficilement pu imaginer. Habituellement, cela est interprété comme une histoire d’orgueil, d’homme jouant à Dieu et en récoltant les conséquences. Mais vous pouvez tout aussi bien le lire comme une explication lucide des idées de Rousseau sur la nature humaine, ou comme un récit glissant raconté par un narrateur peu fiable qui tente d’échapper au meurtre.

D’un autre côté, Guillermo del Toro, l’un de nos plus grands réalisateurs d’horreur contemporains, a décrit « Frankenstein » comme « le livre pour adolescents par excellence », plein d’angoisse et de curiosité à l’idée de devenir adulte. Et même s’il ne parlait pas spécifiquement de « Lisa Frankenstein », il aurait tout aussi bien pu le faire. Le roman de Shelley se prête bien à la comédie d’horreur pour adolescents, et le scénariste Diablo Cody – qui a écrit « Juno » et « Jennifer’s Body », ainsi que le livre du spectacle de Broadway « Jagged Little Pill » destiné aux jeunes – s’est saisi de cet angle. . Le résultat est une adaptation très, très libre de « Frankenstein » qui ne s’inspire pas beaucoup de l’original. Réalisé par Zelda Williams dans son premier long métrage, il s’agit plutôt de l’histoire familière d’un solitaire trouvant l’amour dans un endroit improbable.

Peut-être avez-vous passé la fin des années 80 et le début des années 90 à faire autre chose que d’être une fille d’âge scolaire. Il convient donc de noter que le titre du film est un clin d’œil à une entreprise, du nom de son fondateur, qui a produit des autocollants aux couleurs vives avec des personnages comme des licornes, des chatons et des ours qui ont finalement été intégrés dans l’ensemble des fournitures scolaires. (À l’école primaire vers 1992, mes amis et moi aspirions à Lisa Frank Trapper Keepers, le véritable marqueur du cool.)

J’ai été un peu déçu de découvrir que, malgré le titre, la marque nostalgique n’apparaît jamais vraiment dans le film – en fait, l’ambiance n’est pas du tout celle de Lisa Frank. Mais ce n’est pas grave, parce que « Lisa Frankenstein » est girly-gothy, d’une manière très amusante une fois qu’on s’y est habitué. En fait, la meilleure chose à propos du film est sa conception de production, qui reprend les attributs familiers des films de l’époque (j’ai pensé à tout, de “Poltergeist” à “Edward Scissorhands”, en passant par “Pretty in Pink” et “Weird Science”, lui-même). une adaptation libre de « Frankenstein ») et augmente simplement la température de couleur de quelques degrés. C’est un pastiche mâtiné d’hommage, agrémenté de références aux films slasher, à Cendrillon, aux films de lycéens solitaires et à un montage relooké. Et bien sûr, « Frankenstein ».

Le film en lui-même laisse un peu plus à désirer. L’intrigue est assez prévisible, bien que d’une manière qui ressemble distinctement à son époque – un peu décevante de la part d’un écrivain qui, dans le passé, a joué plus audacieusement avec les attentes concernant les adolescentes. Lisa (Kathryn Newton) vit avec son père (Joe Chrest), sa belle-mère (Carla Gugino) et sa demi-soeur pom-pom girl (Liza Soberano) en banlieue. Sa mère décédée lui manque désespérément, mais elle essaie de continuer sa vie dans sa nouvelle école, où elle a même repéré un gars mignon pour qui craquer. Pourtant, son véritable amour, un mort du XIXe siècle, est dans le cimetière, où elle traîne pour faire des fouilles funéraires et rêver.

Vous pouvez en quelque sorte voir où cela nous mène : le mort du XIXe siècle ne va pas rester ainsi. Une nuit, il se lève (joué, avec un maquillage horrible, par Cole Sprouse), et ils tombent amoureux. Lisa n’a jamais rencontré un garçon aussi gentleman – le fait qu’il ne parle pas vraiment ne fait pas de mal – et elle commence enfin à se sentir comprise.

Cody devient un peu subversif avec tout cela – la demi-soeur de Lisa, Taffy, par exemple, n’est pas du tout ce que ce genre de film propose habituellement, et cela semble rafraîchissant. Mais la suite est assez prévisible dès le départ, et donc ça commence à s’user un peu au bout d’un moment, un titre en quête d’une histoire. Même avec tout l’ADN de John Hughes ici, les personnages sont plus unidimensionnels. Le timing de la réalisation de Williams est en retard, ce qui compromet l’esprit que Newton et Soberano apportent à leurs personnages. Et je ne sais pas si je suis censé ressentir de la sympathie pour Lisa et son amour, mais le méli-mélo de références commence à me gêner.

Pourtant, ce n’est pas que « Lisa Frankenstein » n’ait rien à recommander. Bref, agréable et amusant à regarder, le film ne s’intéresse à rien d’autre qu’à aimer et à être compris, et en ce sens, c’est un excellent rappel aux romances pour adolescents d’une époque antérieure. Si nous pouvions sortir Mary Shelley de son propre cimetière, cela pourrait l’amuser.

Lisa Frankenstein
Classé PG-13 pour les manigances typiques des adolescents et les morts. Durée : 1 heure 41 minutes. Dans les théâtres.

Le texte ci-dessus est une traduction automatique. Source: https://www.nytimes.com/2024/02/08/movies/lisa-frankenstein-review.html?rand=21388

Critique « Ennio » : Morricone et sa maîtrise des musiques de films
Molli and Max in the Future NYT Critic’s PickNot RatedComédie, Romance, Science-fictionRéalisé par Michael Lukk LitwakCette comédie romantique apporte une absurdité futuriste et un timing agile à une histoire réconfortante d’amis devenus âmes sœurs.Par Nicolas Rapold
Tags: critiqué, découvre, Frankenstein, Lisa, Maman, mort, Quand, tellement
Our Sponsors
161 queries in 1.389/1.389 sec, 14.51MB
Яндекс.Метрика